Communiqué conjoint Noo Lànk / Aar Li Nu Bokk : « Monsieur le Président, les ménages vous écoutent… »

Monsieur le Président, les ménages vous écoutent…
Depuis votre dernière adresse à la Nation, le 23 mars 2020, dans laquelle vous avez décrété l’état d’urgence, les ménages sénégalais anxieux et pris de court sont dans l’attente de la mise en œuvre effective des mesures sociales fortes que vous avez annoncées, et qui doivent leur permettre de faire plus ou moins face aux répercussions économiques et financières, sociales de la présente situation d’urgence sanitaire.

Le Ministre de l’Economie et du plan, lors de sa conférence de presse du jeudi 19 mars 2020 n’a annoncé aucune mesure sociale destinée à alléger le coût de la vie. Tout au plus, nous a-t-il annoncé deux séries de mesures sans impact direct pour les ménages : la création, d’une part, d’un fonds de solidarité nommé Force Covid-19 afin de soutenir les secteurs économiques affectés (tourisme, transports aériens, commerce, etc.) et d’autre part, un Comité de suivi des répercussions potentielles de la maladie sur l’économie nationale.

Monsieur le Président, dans votre discours traditionnel du 3 avril, correspondant cette année à la commémoration de la soixantième édition de la fête nationale, les sénégalais vous attendent sur des mesures sociales fortes et claires.

Monsieur le Président, vos collègues présidents d’Afrique et d’ailleurs n’ont pas tardé de prendre des mesures sociales d’urgence concrètes dans un contexte où le cours du baril de pétrole est tombé jusqu’à moins de 20$, son plus bas niveau depuis 2002.

• Le 28 mars 2020, votre collègue, le Président Mahamadou Issoufou du Niger, a annoncé la prise en charge par l’Etat nigérien, entre autres, des factures d’électricité et d’eau des clients relevant des tranches sociales pour les mois d’avril et de mai.

• Dans un communiqué en date du 24 mars 2020, le gouvernement guinéen a annoncé la baisse des prix à la pompe consécutivement à la baisse des prix du pétrole sur les marchés internationaux.

• Le président de la République islamique de Mauritanie, Mohamed Cheikh El Ghazouani, a annoncé, dans un discours adressé à la nation le mercredi 25 mars, l’exonération d’impôts sur les denrées de première nécessité, et de la prise en charge des factures d’eau et d’électricité des familles démunies par l’Etat pour une période deux mois. De même compte tenu de la baisse historique du prix du baril « La société mauritanienne d’Électricité a [eu] le plaisir de porter à la connaissance de son aimable clientèle qu’une réduction de 20 % sur le tarif social de l’électricité, est entrée en vigueur à partir du 1er mars 2020 ».

• Le 31 mars 2020, le Gouvernement ivoirien, par la voix de son Premier Ministre, dans le cadre de son plan de soutien social et économique, a pris la décision de décaler, pour l’ensemble des abonnés, les dates limites de paiement des factures d’électricité et d’eau d’avril à juillet 2020 et de mai à août 2020, mais aussi de prendre en charge les factures d’électricité et d’eau des ménages abonnés au tarif social lesquelles concernent au moins 6 millions d’ivoiriens.

• Votre collègue, le Président Paul Kagamé, pour mieux aider son peuple à surmonter la situation de confinement, a ordonné, ce 30 mars 2020, la distribution gratuite de nourriture aux Rwandais ainsi qu’aux étrangers vivant sur le sol rwandais, en plus de l’annonce de la gratuité de l’eau et de l’électricité aussi longtemps que durera le confinement.

Monsieur le Président, après avoir promptement répondu au challenge de votre collègue Monsieur Paul Kagamé concernant le lavage quotidien des mains comme barrière contre le Covid-19, le Collectif Noo Lànk et AAR LI NU BOK vous suggèrent de relever le défi des mesures sociales que tous les présidents, d’Afrique et du monde viennent de vous lancer.

Monsieur le Président, les ménages sont fatigués après des mois de hausse sur pratiquement tous les produits élémentaires de consommation. Ils vous écoutent.

Nos organisations mettent en garde votre gouvernement contre toute discrimination à caractère géographique ou politique.

Monsieur le Président, les restrictions de tous ordres induites par la proclamation de l’Etat d’urgence et le couvre-feu ont entrainé une perte d’activités et de revenus pour de nombreux travailleurs et surtout ceux dont les revenus se gagnent au jour le jour. Du chauffeur de taxi au vendeur de fast-food, du commerçant au mécanicien, de l’ouvrier au mareyeur, il n’y a aucune activité socio-économique épargnée.

Monsieur le Président, les ménages vous écoutent d’autant plus qu’à ce jour, votre plan de résilience économique concerne surtout les entreprises du secteur formel. L’heure des mesures sociales fortes a sonné.

Monsieur le Président, les ménages vous écoutent…

Fait à Dakar, le 03 avril 2020.