Af Sud : Les prostituées veulent être ajoutés aux fournisseurs de « services essentiels »

La propagation du coronavirus fait travailler les méninges. Les travailleurs du sexe sud-africains demandent à être ajoutés aux fournisseurs de « services essentiels » pendant le couvre-feu.

Un nombre impressionnant de prostituées

Bien que la prostitution soit un délit pénal en Afrique du Sud, de nombreuses personnes, en particulier des femmes, s’adonnent encore à cette pratique dans tout le pays. Selon les statistiques actuelles, il y a environ 158 000 travailleurs du sexe dans le pays, rapporte celebritiesbuzz.com, visité mardi par Senego.

Une profession touchée par le confinement

La profession est l’une des plus touchées par cette épidémie de coronavirus. L’instruction d’un confinement nuit pose problème pour elles. Car la nature de leur travail exige un contact humain régulier pour les aider à servir leurs clients et à gagner de l’argent.

Les inclure parmi les organisations de services essentiels

Ainsi, les travailleuses du sexe sud-africaines demandent au gouvernement de les inclure parmi les organisations de services essentiels afin qu’elles puissent continuer à travailler.
Le gouvernement ne les écoute pas car cette pratique est illégale et toute tentative d’engager ces personnes ou leur association pourrait engager le gouvernement d’une manière qui lui donnerait une légitimité.

Créer une fonds pour les soutenir

Cependant, un groupe de défense appelé Sex Workers Education and Advocacy Tax force, qui se bat depuis des années pour la légalisation de cette pratique, demande au gouvernement de créer un fonds pour les soutenir durant le couvre-feu.

En expliquant davantage, le leader du groupe, Lesego Tlhwale, a déclaré que le travail du sexe devrait être décriminalisé afin que, dans des moments comme celui-ci, elles puissent jouir des mêmes droits du travail que tous les autres travailleurs.