Thierno Bocoum lance l’Alliance générationnelle pour les intérêts de la République (AGIR) avec une nouvelle forme de combat politique

Dakarmidi – « Une volonté d’écrire l’une des plus belles pages de l’histoire. Une résolution à rompre avec les vieilles habitudes politiques ». C’est qu’on peut retenir de plus marquant du discours de Thierno Bocoum. Le démissionnaire du parti « Rewmi » de Idrissa Seck en conférence de presse vendredi 15 décembre à la maison d’éditions « Harmattan », a annoncé la mise sur pied du mouvement « AGIR » (Alliance générationnelle pour les intérêts de la République).

« Le navire Sénégal se retrouve aujourd’hui entre les mains d’un régime dont le niveau de carence est incommensurable, marqué par l’incompétence, le népotisme, l’incivilité des dirigeants, la corruption, le bâillonnement de l’opposition, l’emprisonnement arbitraire des opposants, l’accaparement des ressources du pays par le clan du président et par dessus tout, la dilapidation de nos ressources naturelles », a lancé Thierno Bocoum dans un discours visiblement très attendu par ses nouveaux camarades d’AGIR. Sur la même lancée, il souligne que, « loin des discours creux et intempestifs, la réalité économique de notre pays témoigne d’une situation délétère et préoccupante. Le nombre de pauvres augmente d’année en année. Il est passé de 6,3 millions en 2011 à 6,8 millions en 2016. À l’heure où on nous parle d’émergence, nous restons bien abonnés au club des 25 pays les plus pauvres du monde. Et dans le classement de l’Indice de Développement Humain entre 2012 et 2016, nous sommes passés de la 154e à la 162e place ».

Cette situation du Sénégal est pour l’ancien député de la douzième législature « la résultante d’une politique de croissance basée sur l’endettement et qui profite essentiellement aux multinationales étrangères. Même s’il faut reconnaître que l’endettement est nécessaire dans un processus d’investissement à grande échelle, il reste évident que notre politique d’endettement n’est qu’une forme d’enrichissement contourné de nos prêteurs avec en ristourne des projets gagnés par des multinationales sans réels appels d’offres ».

Revenant sur le sens du mouvement AGIR (Alliance Générationnelle pour les Intérêts de la République), Thierno Bocoum dira: « Nous ne saurions nous complaire dans un fatalisme coupable qui ferait de nous des complices des prédateurs qui nous gouvernent. De surcroît, une telle posture nous apparaitrait insensé et  inconcevable tant nous avons les moyens d’inverser la tendance. Il nous faut simplement agir. AGIR maintenant parce qu’il est temps ! Et c’est donc fort de ce constat amer que nous vous annonçons la mise sur pied de notre mouvement, l’Alliance Générationnelle pour les Intérêts de la République ».

« Notre logique est que si une mesure libérale peut sortir le pays de la pauvreté, nous la mettrons en œuvre. Si une mesure qualifiée de socialiste peut tirer le Sénégal du gouffre, nous la mettrons en œuvre. En somme, si vous me demandez notre idéologie, je vous dirais que nous sommes des pragmatiques, résolument patriotiques et panafricanistes », confie-t-il annonçant ainsi, la continuité de son combat pour l’intérêt de la Nation.

 

La rédaction