Ousmane Tanor Dieng: « Wade est une bête…tout à fait redoutable… »

Dakarmidi – Ousmane Tanor Dieng était l’invité de l’émission « Le grand jury » sur la Rfm. Le président du Haut conseil des collectivités territoriales a parlé de Abdoulaye Wade qui a fait 20 années d’opposition sous le régime socialiste, emprisonné même. Pour lui, Me Wade n’est pas un rancunier. Au contraire, c’est un homme d’ « une grande générosité, il faut le reconnaître… »

Ousmane Tanor Dieng, depuis Abdou Diouf continue son petit bonhomme de chemin, bravant, selon notre confrère, critiques et invectives, « souvent sous un silence assourdissant… » Qu’est ce qui explique ce mutisme du Sg du Parti socialiste? Pour lui, il n’y a pas de secret car il a eu à croiser de grands hommes dans son parcours.

« Un peu Léopold Sédar Senghor et beaucoup Abdou Diouf…« , en passant par des magistrats tels que feu Kéba Mbaye, entre autres ténors qui ont forgé son caractère. Des hommes qui lui ont donné le courage, qui l’ont conseillé et forgé. Des hommes qui, pour lui, « mettaient les intérêts du pays au dessus de tout… »

« Il faut savoir endurer pour durer« , rappelle-t-il les paroles de feu Léopold Sédar Senghor pour justifier son mutisme, assourdissant lorsqu’il est victime d’attaques de tous bords.

« Je suis préparé à recevoir des coups, beaucoup et en donner quelque fois. C’est tout ça qui a fait qu’après 2000, j’étais préparé pour faire face à Abdoulaye Wade ensuite, pendant les 12 années de Abdoulaye Wade…« , renchérit O-T-D qui reconnait que s’opposer à Abdoulaye Wade « qui est une bête politique tout à fait redoutable« , n’est pas chose facile. « Il est tout à fait redoutable… Et grâce à Dieu nous avons pu rester ce que nous étions…« , s’est-il félicité.

« Nous avions, nous un interlocuteur. Dans l’opposition, notre interlocuteur, en gros c’était Abdoulaye Wade. Il y avait certes les partis de gauche. Mais on avait un interlocuteur quand un problème se posait. Et lui, il savait jusqu’où ne pas aller trop loin. On vivait des situations très difficiles et tendues. Mais comme nous nous connaissions, nous nous comprenions…

Abdoulaye Wade, il venait dans le Gouvernement y travailler pendant un certain temps et à quelques mois des élections il partait pour se présenter. Il ne reconnait jamais les résultats… Et il a fini par nous battre« , chante-t-il l’endurance, la patience, la persévérance, bref les « qualité d’un homme politique« , en la personne de Abdoulaye Wade. « C’est un grand stratège. Il sait très bien ce qu’il faut faire, quand il faut le faire et comment le faire« , reconnait-il.

La redaction