Législatives 2017 : Abdoul Mbaye « Nous avons décidé de rester fidèle à nos choix, la politique par l’éthique… »

Dakarmidi – Un an après son lancement, l’Alliance pour la Citoyenneté et le Travail (Act) de l’ancien premier ministre Abdoul Mbaye, essaie de se frayer un chemin dans le landerneau politique. A l’heure des grandes alliances, l’Act s’en sort tant bien que mal. « Le Pastef d’Ousmane Sonko a été le premier choix du bureau politique de l’ACT. Les négociations avec ce parti, qui ne sont pas terminées, ont connu quelques lenteurs, lesquelles ont créé un peu de déception du fait que Pastef appartient déjà à une coalition et objectivement, ça s’est répercuté sur les négociations », a déploré Abdoul Mbaye qui en a profité pour affirmer le marquage idéologique de son parti qu’il ne souhaite pas sacrifier à l’autel de la realpolitik sénégalaise.

« Nous allons aller en coalition. L’ACT travaille d’arrache-pied pour les prochaines Législatives. Elle n’est pas fermée. Mais nous serons entre partis et personnalités ayant la même perception de la politique et de la manière dont elle se fait », a-t-il avancé.

La précédente coalition à laquelle avait adhéré son parti, c’est « Manko Wattu Senegaal », dont l’avatar nouveau, « Manko Taxawu Senegaal », a exclu tous les « nouveaux partis ». Ce qui ne l’agrée pas.

« Nous n’irons pas avec MTS. Il est triste de constater qu’ils ont repris la dénomination avec quelque petites modifications pour une coalition sans les membres. Ce n’est pas notre choix d’aller en coalition. Notre choix n’est pas facile sur le plan de la politique sénégalaise, c’est celui de rester fidèle à une option forte vers la Politique autrement. C’est conduire une politique qui se mette au service du citoyen et non l’ascension sociale de ceux qui la pratiquent ou leur enrichissement personnel ou familial. Nous avons décidé de rester fidèle à nos choix, la politique par l’éthique », a-t-il avancé.

Quant au maillage géographique, le président de l’ACT estime que le travail effectué à l’intérieur du pays est dense et que la capitale sera la prochaine étape.

« Nous avons réservé Dakar pour la fin. Nous ne sommes pas encore suffisamment entrés dans les quartiers et départements de la région. Nous sommes très présents partout sur le territoire et l’un des objets de la coalition consiste à rechercher de la complémentarité. Lorsque nous ne sommes pas présents dans une région ou un département, nous ferons appel à nos alliés. La coalition présentera des listes dans tous les départements », a-t-il conclu.

La Rédaction