La médiatisation de ce qu’il est convenu d’appeler l’affaire Aïssatou Ba Cissé, suite au communiqué sorti par FRAPP/PIKINE après sa rencontre avec la famille, a finalement poussé le maire Abdoulaye Thimbo et ses ouailles à réagir

Nous rappelons que c’est le 18 décembre 2018, en marge d’une mobilisation organisée par Thimbo pour accueillir le premier ministre Mouhammad Boun Abdallah Dione qui venait procéder à la pose de la première pierre d’une unité d’assemblage informatique au Technopole de Pikine, qu’un véhicule de la mairie immatriculé AD avec à son bords une surcharge de militants du maire, conduite de façon fantaisiste par un chauffeur de Thimbo, a quitté la chaussée pour aller heurter violemment la petite Aïssatou Ba Cissé. Elle a 13 ans et revenait du collège Pikine 09 où elle fait la classe de 5ème.

Depuis une visite le lendemain, qui lui a été dictée par la volonté de se laver à grande eau parce que des gens malintentionnés, d’après lui, faisaient courir le bruit qu’il ne s’est même pas enquis de l’état de la petite fille, et au cours de laquelle il a remis à la famille la somme de Deux cents cinquante mille francs (250.000 frs) avec la promesse de prendre en charge les frais relatifs aux soins, ni Thimbo ni son entourage n’ont plus donné signe de vie.

Maintenant qu’avec les actions menées par le FRAPP l’affaire qu’ils croyaient avoir étouffé respire encore, ils ruent maladroitement dans les brancards pour faire ce qu’ils savent le mieux : le mensonge et la manipulation éhontés.

C’est d’abord le deuxième adjoint au maire qui appelle la famille pour dire qu’il croyait que cette affaire était derrière, avant de lui proposer de passer récupérer une somme de Deux millions de francs (2.000.000 frs).

Ensuite, c’est Ibrahima Ndiaye, conseiller de Thimbo qui fait une sortie malheureuse dans l’émission Teuss de la radio Zik fm d’abord pour dire que c’est bien un véhicule de la mairie qui a heurté la petite Aïssatou, mais que cela n’engage pas la responsabilité de Abdoulaye Thimbo parce que ce n’est ni son véhicule ni son chauffeur. Ensuite il explique que Thimbo n’a pas négligé la petite Aïssatou dont un pied est finalement amputé, qu’il faut comprendre qu’avec l’élection présidentielle, en sa qualité de coordonnateur de sa coalition dans le département de Pikine, le maire était occupé. Enfin, monsieur Ndiaye ajoute que le véhicule étant assuré, si la famille est pressée elle n’a qu’à s’en prendre à l’assurance pour être payée.

Tout ceci corrobore la mauvaise foi et l’irresponsabilité que transpire l’attitude de Abdoulaye Thimbo et de son entourage depuis le début de ce drame.

Le FRAPP/PIKINE, en parfaite intelligence avec la famille de la petite Aïssatou Ba Cissé, ne compte pas laisser l’avenir de l’enfant sabordé par l’irresponsabilité. Nous ne lésinerons sur aucun moyen pour que justice soit rendue à la petite Aïssatou Ba Cissé aujourd’hui clouée au lit, un pied amputé et privée d’école depuis le drame. Aussi, le FRAPP lance un appel à tous ceux qui sont épris de justice et qui pensent comme nous que justice doit être rendue à Aïssatou.

Fait à Pikine, le 17 avril 2019.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire
Merci de renseigner votre nom