Grand Gamou de Dakar : Sheikh Alassane Sène éblouit son public et adresse un message fort au président Macky Sall

Dakarmidi – « Taree Yallah » a ravivé les flammes de l’amour des fidèles à l’endroit du Prophète Muhammad (psl). Connu pour son éloquence légendaire, sa correction, son sens de l’humour, ses capacités intellectuelles hors du commun, sa maîtrise parfaite de la sublime lumière, Sheikh Alassane Sène qui a raté la dernière édition du Gamou, pour l’avoir passé en prison, a, comme jamais, rebiffé les cœurs en accordant leurs fibres, y injectant une forte dose d’adoration au Prophète Taha (psl).

Revigoré jusqu’au point culminant, le Sheikh, débordant d’énergie et apparu très chaleureux, visage radieux sourire au coin, pour décrypter au détails près, le sens de la vie du noble prophète envoyé en miséricorde à l’humanité. Vêtu d’un grand boubou blanc, cousu de fil jaune, écharpe jaune soigneusement attachée à la tête, Shasty a renvoyé une belle image du prophète Muhammad (psl).

Trés attendu, en ce jour, son sermon a ébloui l’auguste assemblée, qui s’était formée dans le chapiteau dressé à l’occasion. Entre faits de l’histoire, gloires et victoires, « Taree Yallah » a égrainé une à une, les étapes glorieuses de la vie sublime du père de Fatima a’ Zahra, entre la période de méditation, le suscitement de la prophétie et l’appel à l’unicité de Dieu. De ses miracles à ses merveilles, ses qualités d’homme d’une autre dimension, le Sheikh n’a fait que peindre d’un tableau d’avantage reluisant, une vie merveilleuse dont le socle repose sur la protection d’Allah et la quête perpétuelle du Salut.

Ce salut illumine de fort belle manière la planète entière, en ce jour de naissance de l’homme le plus prestigieux de l’univers, dont le mausolée à Médine suscite une fusion entre l’âme, l’esprit et le corps. Ce jour commémoré dimanche 11 Décembre correspondant au 12 Rabi la Awal, dans une ferveur indescriptible à Ouest Foire devant des invités rayonnants autour de Sheikh Alassane Sène qui a prouvé une fois de plus qu’il jouit d’une place de choix, au concert des émérites panégyristes de Taha (psl).

Devant d’honorables invités parmi lesquels, on pouvait distinguer le ministre conseiller, chargé des affaires religieuses Cheikh Mbacké Sakho, Sokhna Astou Mbacké Bint Serigne Mourtada Mbacké, Tabara Mar, l’ancien ministre sous Wade Mme Aminata Lô, Abass Ndoye, Packo Jackson Thiam, Imam Amédine Ndoye, Chérif Aidara, Cheikh Tidjane Aidara, imam ratib de Ouest Foire, l’homme d’affaires Balla Seck, Pape Mbaye de « Etincelle couture », Moustapha Niang, Petit la, pour ne citer que ceux-là.

Entre discours élogieux sur celui sur qui, Allah a prié et salué, d’un infini salut, le fondateur de la fondation  » Sallalahou ‘ala Muhammad » (psl) par ailleurs, PDG du groupe G2M (groupe Midi Médias), a orienté les esprits vers la clé de voûte de l’humanité, la quintessence de la sainteté, le sceau des prophètes afin de leur permettre de plonger, à jamais, dans sa grâce infinie. Le Sheikh qui est aussi un acteur politique qui œuvre pour l’essor de son cher pays, a durant son speech, ouvert une large fenêtre sur la situation politique nationale.

A cet effet, il a, après avoir analysé le contexte actuel et ses enjeux, appelé au dialogue pour préserver la stabilité nationale. Pour l’ancien pensionnaire de la prison du Cap Manuel, les acteurs politiques doivent comprendre que le Sénégal traverse une étape charnière de son histoire de jeune République par conséquent, le mieux serait d’apaiser les tensions, de taire les querelles afin de conjuguer les efforts devant mener à l’émergence tant chantée.

Il a pour ce faire, encouragé de manière solennelle le président de la République Macky Sall, à d’avantage cultiver le dialogue avec l’ensemble des forces vives de la Nation afin que le développement souhaité puisse s’accélérer et atteindre des niveaux insoupçonnés pour l’épanouissement des populations. Le Sheikh a enfin profité de l’occasion pour remercier le premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne, pour ses efforts personnels en vue d’un meilleur Sénégal.

La Rédaction