Décès du talibé Abiboulaye Camara : La famille du maître coranique rejette les accusations

A Louga, la famille du maître coranique Abdou Latif Cissé cité dans le meurtre du talibé, Abiboulaye Camara, rejette toute les accusations. Elle estime que le talibé n’a pas été battu à mort au dara.
La famille du marabout et l’association des maîtres coraniques de Louga ont tenu une conférence de presse. A noter que l’autopsie a révélé une mort par traumatisme crânien. « Il est bien dit dans l’autopsie que Abiboulaye Camara souffrait de traumatisme crânien et dû à un objet contondant. Un objet contondant, si vous allez dans le Larousse, c’est un objet dure, capable de blesser sans avoir des coupures bien sûr, capable de créer des contusions et des lésions. C’est ça un objet contondant. Ça peut être un marteau, un bâton, une barre de fer. Or ici dans ce daara, les seules cravaches – des cravaches pédagogiques -, sont un morceau de corde et un fil. Et au moment où je vous parle, c’est deux cravaches-là sont entre les mains de la police de Louga parce qu’ils sont venus ici pour les réquisitionner. Donc, ici, il n’y a pas d’objet contondant« , a déclaré sur Rfm Wahab Cissé.

Justifications
Selon M. Cissé, la victime se plaignait des maux de tête depuis le mercredi. Samedi poursuit-il, il a fait cours toute la journée; il a joué au football; il est rentré chez lui; il est parti à l’hôpital la nuit; le dimanche soir il est décédé. « C’est ça la vérité !« , justifie-t-il sans ambages.

Témoignages
Wahab Cissé s’en tient à la version largement répandue selon laquelle, le talibé Abiboulaye Camara est mort entre les mains de son oncle maternel.

Retour de Parquet
Le maître coranique Latif Cissé, présumé auteur de la mort de son pensionnaire Abiboulaye Camara qui s’était confessé à sa famille peu avant sa mort, a bénéficié d’un retour de parquet. L’autopsie a d’ailleurs confirmé les accusations du défunt talibé, contre le mis en cause.