Coronavirus : Des manifestants ukrainiens attaquent des bus transportant des personnes évacuées de la Chine

Des dizaines de manifestants dans une ville ukrainienne ont attaqué des bus transportant des personnes évacuées de la Chine où sévit le coronavirus.

Les personnes évacuées ont été amenées à l’hôpital de Novi Sanzhary, dans la région centrale de Poltava, où elles seront maintenues en quarantaine pendant 14 jours.

Le président Volodymyr Zelensky a exhorté les manifestants à faire preuve d’empathie.

Le service de sécurité ukrainien (SBU) a déclaré qu’un faux courriel prétendant provenir du ministère de la santé disait à tort que certains évacués avaient contracté le virus.
Les responsables du SBU enquêtent actuellement sur ce canular apparent, selon une déclaration.

L’Ukraine n’a aucun cas confirmé de ce nouveau coronavirus, déclenché l’année dernière dans la province chinoise de Hubei.

Pour montrer sa solidarité avec les personnes évacuées, la ministre ukrainienne de la santé, Zoryana Skaletska, a déclaré qu’elle les rejoindrait en quarantaine et qu’elle dirigerait son ministère par Skype.

« J’espère que ma présence là-bas calmera ceux de Novi Sanzhary, ainsi que le reste du pays », a-t-elle écrit dans un post sur Facebook (en ukrainien).

Que s’est-il passé à Novy Sanzhary ?
Jeudi, 45 Ukrainiens et 27 ressortissants étrangers ont été transportés par avion de Wuhan en Chine, l’épicentre de l’épidémie mortelle, à Kharkiv dans l’est de l’Ukraine.

Six bus les ont ensuite conduits à l’hôpital de Novi Sanzhary, où ils ont été accueillis par des manifestants qui allumaient des fumigènes et lançaient des pierres.

Des véhicules blindés de transport de troupes ont été vus déployés dans la petite ville.

Après une impasse tendue, la police et la garde nationale parviennent à débloquer la route vers le bâtiment où les évacués passeront 14 jours.
Le ministère de la santé du pays a déclaré qu’aucun des passagers n’était malade.

La mission diplomatique ukrainienne a ajouté que trois Ukrainiens et un résident du Kazakhstan avaient été laissés en Chine, parce qu’ils avaient déclaré avoir de la fièvre.

Le Premier ministre Oleksiy Honcharuk, la ministre de la santé Zoryana Skaletska et le ministre de l’intérieur Arsen Avakov se sont tous rendus dans la ville pour tenter d’apaiser les tensions.

Dans les images publiées par les médias locaux, M. Avakov a été vu en train de déclarer aux manifestants : « Nous ne parlons pas de personnes infectées, nous parlons de personnes en bonne santé ».

Une personne a alors répondu : « Jusqu’à présent. »

Qu’a dit le président Zelensky ?
Dans une déclaration, le président Zelensky a exhorté les Ukrainiens à faire preuve de compassion et à s’abstenir de protester.

« La plupart des passagers sont des personnes de moins de 30 ans. Ils sont presque comme des enfants pour beaucoup d’entre nous », a-t-il déclaré.

« Mais il y a un autre danger que je voudrais mentionner. Le danger d’oublier que nous sommes tous des êtres humains et que nous sommes tous des Ukrainiens. Chacun d’entre nous – y compris ceux qui se sont retrouvés à Wuhan pendant l’épidémie ».

Plus de 76 000 cas de la maladie appelée Covid-19 ont été signalés, et 2 247 décès liés à cette maladie.

La grande majorité des cas et des décès ont eu lieu en Chine.