Contribution : LA FUITE DES CERVEAUX (Par Abdoulaye M’Bemba Keita)

Dakarmidi- Ce thème continue à faire couler encre et salive lorsqu’on aborde le sujet du sous développement. Ainsi , la fuite des cerveaux signifie en de simples mots le transfert a l’inverse de la science et de la technologie lorsque des élites intellectuelles préfèrent investir leur intelligence et leur know how à l’extérieur de leur pays d’origine. Ce sujet revêt une importance capitale dans la mesure où le développement économique requiert des conditions sin qua non où réside au premier plan LE CAPITAL HUMAIN.

Cependant , il est crucial de souligner que l’Afrique prise globalement et la Guinée en particulier souffrent d’une carence de la crème intellectuelle pour diverses raisons parmi lesquelles la FUITE DES CERVEAUX. Et pourtant en économie politique , il est argumenté que tout développement économique passe d’abord par la mobilisation efficiente mais aussi judicieuse des ressources endogènes avant même de compter sur l’aide extérieure laquelle ne devrait être que complémentaire . C’est pour quoi , et le gouvernement et la diaspora guinéenne intellectuelle doivent coopérer afin de mettre à la disposition du pays ces ressources humaines dont ce dernier aura besoin pour se développer. Ainsi , s’il est une évidence que le gouvernement doit créer un certain nombre de conditions idoines afin de rendre ce retour au bercail attractif , les élites intellectuelles de la diaspora doivent à leur tour incarner la volonté patriotique de revenir en grand nombre pour qu’ensemble nous fassions de la Guinée un pays où il fait beau vivre .

Au chapitre de ces conditions à créer , le gouvernement doit garantir un climat de paix sociale afin d’attirer les investissements étrangers dans le pays. En vérité , sans paix sociale , il ne peut être question de développement durable . Et à ce propos le président Houphouët-Boigny disait : “ la paix est le préalable à tout développement harmonieux “. A titre d’exemple , le miracle ivoirien dans les années 80 , l’émergence de la Malaisie ou récemment l’émergence économique du Rwanda sont tributaires d’un climat de paix .

Comme seconde condition , il faut privilégier le respect des institutions de la République via l’état de droit appelé dans le monde anglophone THE RULE OF LAW . Il est de toute évidence reconnu que lorsqu’un pays accorde la prééminence au respect de la loi , on observe la consolidation des acquis démocratiques avec une incidence concomitante sur le développement économique. Cette dernière se traduit par une croissante productivité , une éradication progressive de la corruption structurelle , une répartition équitable des ressources du pays ( augmentation de salaire , amélioration du niveau de vie dues à l’augmentation du taux de croissance ) , une balance commerciale excédentaire grâce au taux d’ exportation supérieur à celui de l’importation .

En conclusion , j’interpelle le gouvernement et l’élite intellectuelle dont je fais partie à œuvrer en synergie pour le transfert de la science et de la technologie afin d’acquérir le capital humain adéquat au développement de la Guinée .

Abdoulaye M’Bemba Keita

Laisser un commentaire