Audience des étudiants au palais: Macky Sall regrette et étale son plan d’action pour éclairer la lanterne sur la mort de Fallou Séne et le retard du paiement des bourses

Dakarmidi – Macky Sall, le président de la République du Sénégal a reçu hier, mardi 22 mai 2018, une délégation de 12 étudiants de l’Université Gaston Berger, au palais. L’audience qui avait duré 2 heures et demi avait pour point focal, la mort de Fallou Séne.

D’après une source proche du palais, le chef de l’Etat a, devant une poignée de ses collaborateurs, pris la peine de présenter ses condoléances aux étudiants, tout en regrettant le drame survenu à Saint-Louis. Toujours selon la source, Macky Sall s’est montré très attentif aux préoccupations des étudiants.

« C’est regrettable. Ce qui s’est passé ne doit pas et ne doit plus jamais se reproduire. Pour une affaire de tickets de restaurant, il doit pas y avoir de manifestations, à fortiori mort d’homme. Toutes les dispositions sont prises à ce sens pour y remédier définitivement » a assuré Macky Sall.

Selon l’obs, le président Sall a fait un exposé de tout ce qui est entrain d’être fait pour apporter la lumière dans le paiement des bourses et la mort de l’étudiant Fallou Séne. Ainsi, il a informé ses hôtes de l’entrée de l’inspection générale d’Etat (Ige) dans le jeu pour enquêter sur le processus de paiement des bourses.

Il a par ailleurs annoncé l’élaboration de meilleures procédures pour assure le paiement à temps des bourses afin d’éviter des manifestations souvent regrettables. Concernant le travail de la justice, le président du Conseil supérieur de la magistrature a demandé aux étudiants de prendre leur mal en patience, en laissant la justice suivre son rythme habituel.

Les étudiants qui ont pris le temps d’exposer leurs doléances ont, au delà de la mort de Fallou Séne, évoqué d’autres questions parallèles au paiement des bourses. La délégation a souligné les problèmes de paiement de bourses, d’hébergement et des questions d’ordres pédagogique, notamment le recrutement des enseignants.

La rédaction