Cheikh Ahmadou Bamba (Serigne Touba) : “Rien en ce monde ne m’intéresse comme la construction de cette mosquée”

Dakarmidi  – L’une des plus grandes mosquées d’Afrique, au centre du Sénégal, est l’illustration parfaite de la dévotion des mourides pour leur confrérie.

“Rien en ce monde ne m’intéresse comme la construction de cette mosquée”, avait lancé en 1926 Cheikh Ahmadou Bamba (Serigne Touba), fondateur du mouridisme. S’il n’a pas vécu assez “Longtemps (décédé en 1927) pour voir le début des travaux (1932) de la mosquée de Touba, son vœu a été perçu comme un héritage à préserver et à perpétuer par ses descendants.

“Le premier travail des différents khalifes est d’abord de prendre soin de la mosquée, car Bamba avait une estime incommensurable pour celle-ci”, confie à Anadolu, Serigne Moustapha Diop, historien local à Touba, membre de la famille Bousso, chargée de la gestion de tout ce qui tourne autour de la mosquée.

Aujourd’hui, la Grande mosquée de Touba constitue une des merveilles du Sénégal et le joyau de la confrérie mouride. Le site linternaute.com la classe parmi les 25 plus belles mosquées du monde.

D’une superficie de 8790m2, la mosquée, inspirée d’une architecture arabe, est aujourd’hui composée de 7 minarets : 4 minarets de 66m de haut ; 2 minarets de 60m, en phase de finition ; et un minaret de 86,80 mètres de hauteur nommé Lamp Fall. Sa capacité d’accueil est de 6000 personnes. A l’intérieur, la décoration rappelle le style byzantin. Du marbre bleu précieux et de l’albâtre ont été utilisés pour sa construction et sa rénovation. Le Coran y est lu 28 fois chaque jour. On trouve dans la mosquée le mausolée de Cheikh Ahmadou Bamba et ceux de ses fils et différents khalifes.

Lorsqu’il a émis le vœu de construire une mosquée à Touba, Cheikh Ahmadou Bamba avait réuni la somme de 10 000 usd avec la cotisation de ses fidèles, mais ce n’est qu’en 1932 que la première pierre de la grande mosquée de Touba fut posée par Cheikh Mouhamed Moustapha, son fils aîné et premier khalife des mourides. Les travaux se sont déroulés sans arrêt à partir de 1932 mais “la seconde guerre mondiale a fait arrêter les travaux en 1941, car le matériel ne pouvait plus être acheminé”, rappelle Serigne Moustapha Diop.

Cheikh Mouhamed Moustapha décède le 13 juillet 1945, son frère et successeur Cheikh Mouhamed Fadel (Serigne Fallou) reprit le flambeau et la construction de la mosquée en 1949 avec le concours de l’architecte français Gaston Scatena. Elle est achevée en 1963, aura coûté 1.340 000 usd et nécessité 1.800.000 heures de travail.

La grande mosquée de Touba fut inaugurée le vendredi 07 juin 1963, par le khalife Cheikh Mouhamed Fadel en présence du président de la république de l’époque, Léopold Sédar Senghor. “Serigne Fallou, le mouride, et Senghor, le catholique, étaient de vrais amis, témoigne Serigne Moustapha Diop. Le président s’était investi dans la construction de la mosquée et le khalife incita beaucoup les mourides à le soutenir politiquement.”

Après le décès de Cheikh Mouhamed Fadel, le 6 aout 1968, les khalifes successifs se sont évertués à agrandir et embellir le joyau mouride. “Serigne Abdou Lahad, 3ème khalife, a effectué les travaux de décoration d’intérieur, s’inspirant du style marocain, et aussi augmenté les dimensions de la mosquée”, fait savoir Serigne Fallou Bousso Assane, du centre de recherche Guédé Bousso. “Serigne Saliou, le 5e khalife, a réalisé des travaux de rénovation et de remise à neuf entre 1995 et 1998 pour un coût d’environ 6 millions usd”.

La grande mosquée de Touba ressemble à un chantier permanent, ‘’parce que tout khalife a le devoir de s’y investir. C’est l’héritage de Cheikh Ahmadou Bamba. Il y aura toujours quelque chose à faire, à refaire ou à parfaire’’, dit Serigne Abo Mbacké, descendant de Serigne Touba.

Aujourd’hui, l’actuel Khalife, Cheikh Sidy Mokhtar, a lancé des travaux d’un coût de presque 10 millions usd. Le chantier, démarré en mars 2013, prévoit, entre autres, l’extension de la mosquée, le remodelage du marbre, la construction de deux nouveaux minarets, la sonorisation d’une portée de 16 kilomètres. “Faire de la Grande Mosquée de Touba la copie conforme du joyau de la Médine (mosquée du Prophète, en Arabie Saoudite) et incruster d’or certains coins des minarets est le vœu du khalif“, avait déclaré l’architecte chargé des travaux, Meissa Touré en mars 2013 lors du lancement de rénovation.

Pour ce chantier colossal, Cheikh Sidy Mokhtar avait invité, les fidèles mourides à s’acquitter d’une cotisation symbolique de 1 dollar comme contribution à la réalisation.

Aujourd’hui, l’organisation et l’entretien de la mosquée est confiée au Dahiratou Moukhaddamatoul Khidma. C’est un groupe de fidèles qui gère les files lors des prières, le nettoiement de la Grande Mosquée, la fourniture d’eau aux fidèles, la supervision de la sonorisation, et la surveillance de l’édifice.

C’est le khalife lui-même qui désigne l’imam en chef de la mosquée. Serigne Fallou a été le tout premier imam. Aujourd’hui, Serigne Modou Mamoune Bousso est l’imam titulaire chargé de diriger les prières du vendredi. Il est suppléé par trois autres imams qui se relaient pour les prières quotidiennes.

La grande mosquée de Touba est située dans la région de Diourbel dans le centre du Sénégal. La ville de Touba, à 194 km de Dakar, a été fondée par Cheikh Ahmadou Bamba, père de la confrérie des mourides (31% de la population sénégalaise). Le mouridisme, est dérivé de la khadriya et le mouride est “celui qui aspire à la reconnaissance divine”.